09 sept. 10

POUR VOUS... VU PAR LABOURGEOISE

pour_vous

Résumé de l'éditeur: Encore adolescente, Delphine a compris de quoi les êtres humains ont besoin : de réconfort, d'illusion, de mensonge même, de tout ce qui peut rendre la vie supportable. Elle a trente-cinq ans et vit grâce à l'agence qu'elle a créée, Pour Vous, un lieu destiné à satisfaire les désirs et à panser les plaies des hommes et des femmes suffisamment riches pour y avoir recours. Mais comment peut-on jouer tous les rôles, adopter toutes les identités, sans se perdre ? De nombreux personnages ponctuent le roman : une vieille femme, grande lectrice de livres à l'eau de rose ; un adolescent autiste vivant dans le monde des jeux virtuels ; un homosexuel malade dont Delphine accompagnera les derniers mois et, enfin, l'amant de celui-ci, qui éveillera en elle des sentiments inconnus. Comme dans les précédents textes de Dominique Mainard, les histoires et les fables constituent l'un des fils conducteurs de Pour Vous, mais son thème principal est le cheminement par lequel Delphine s'ouvre à la compassion et à la vie.

Et j'en pense quoi?: Un vrai coup de coeur  pour ce roman. Le sujet est original, l'écriture est fluide, agréable à lire. Certe c'est parfois "gonflé" et totalement imaginaire et improbable mais j'ai bien aimé le cheminement psychologique de Delphine, qui peu à peu s'ouvre aux émotions, sort de sa carapace et s'autorise de voir les autres de façon différente, avec compassion. Un vrai bijou: à lire !

Posté par labourgeoise à 07:27 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

01 sept. 10

L'AMOUR EST A LA LETTRE A ... VU PAR LABOURGEOISE

amour_lettre_a

Résumé de l'éditeur: Tout quitter pour ouvrir la librairie de ses rêves, voila le pari fou que fait Emma, une milanaise énergique et romantique, à l'aube de ses cinquante ans. Unique en son genre, la librairie Rêves&Sortilèges, spécialisée dans les romans d'amour, devient le lieu de rendez-vous des cœurs brisés, amoureux ou solitaires passionnés. Et c'est justement entre les rayons « Pour l'éternité » et « A corps libres » qu'Emma va retrouver Federico, son flirt de jeunesse. Marié, il vit aujourd'hui à New-York. Pourtant une correspondance secrète s'établie entre les anciens amants qui, au fil des jours, vont réapprendre à se connaître et à s'aimer. Un roman hors normes, vibrant hommage au pouvoir des mots et de la littérature.

Mon avis: J'ai beaucoup aimé ce roman qui, même si il est un peu "épais", se lit très vite. Un roman qui fait la part belle à l'écriture, à la lecture, à la passion des livres. Idée originale que cette histoire d'amour qui renaît via un échange épistolaire. Lecture plaisir, avec grand plaisir.

Posté par labourgeoise à 19:35 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
27 août 10

MOKA... VU PAR LABOURGEOISE

Reçu de la part de Ktrine...

moka

Présentation de l'éditeur: Justine mène une petite vie tranquille entre son mari, ses deux enfants et son boulot de traductrice free-lance. Mais un mercredi après-midi, tout bascule. Un chauffard renverse son fils en plein Paris, et prend la fuite, à bord d'une berline couleur moka. Malcolm sombre dans le coma, l'enquête piétine... Seule contre tous - ou presque, Justine veut découvrir la vérité. Jusqu'au bout. Et à n'importe quel prix. " Franglaise " comme son héroïne, Tatiana de Rosnay, auteur du best-seller international Elle s'appelait Sarah, entraîne le lecteur dans un étourdissant suspense psychologique.

Et moi j'en pense quoi?: J'ai adoré et l'ai dévoré. Un drame, l'incompréhension d'une mère qui mène sa propre enquête envers et contre tout pour comprendre, avancer, ses doutes, ses instants de folie, sa haine grandissante, sa compassion, sa perception de sa vie tranquille qui peu à peu s'est envolée, sa démarche introspective, sur elle et sa vie de couple... un bon suspens. Lecture PLAISIR.

Posté par labourgeoise à 07:06 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
23 août 10

RIEN DE GRAVE... VU PAR LABOURGEOISE

Rien_de_grave

Présentation de l'éditeur: " Tu t'attendais à quoi ? Je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? J'ai lancé le cadre par terre, le verre s'est brisé mais comme c'était pas assez, j'ai bondi du lit et j'ai déchiré la photo, celle qu'il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu'on ne connaissait pas à notre mariage qu'on est partis avant la fin. Il a eu l'air triste, plus de la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a toujours été fou avec les photos. Parfois je me disais qu'il n'aimait les choses de la vie que pour les voir un jour en photo. Moi c'est le contraire, rien ne me fait plus peur qu'une photo de bonheur avec toute la quantité de malheur qu'elle promet, qu'elle contient, mais sans le dire, en cachant bien son jeu. Je ne savais pas encore que c'était la meilleure chose qui puisse m'arriver, qu'il me quitte. Comment j'aurais pu le savoir ? Il était toute ma vie, sans lui je n'existais pas. "

J'en pense quoi?: Lorsque je me suis procurée ce livre je n'avais pas eu vent du tapage "people" qui avait fait du bruit autour de sa parution (les personnages existent bien, elle est notamment la fille de BHL). Premier livre de cette auteure que je lis, style incisif, direct, sans faux-semblant ou description redondante, avec ses mots on va direct à l'essentiel et c'est parfois très "hâché" dans l'écriture. Tout le monde pourra s'identifier dans cette histoire au final banale d'un amour qui s'en va et du comment gérer cela et se retrouver face à soi-même, fidèle à soi. Malgrè la légèreté du ton, je pense que la souffrance est profonde mais pour ma part, aucune émotion à la lecture de ce livre. Bof bof donc... mais se lit vite c'est l'avantage ! 

Posté par labourgeoise à 07:02 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
28 juil. 10

BATTEMENT D'AILES... VU PAR LABOURGEOISE

battement_d_ailes

Présentation de l'éditeur: Un lieu enchanteur en Sardaigne. Sur la colline qui domine la mer, au milieu des terres arrachées au maquis, se tient la maison de Madame, dernier bastion de résistance aux barres à touristes. Seule, décalée dans ses robes bizarres cousues main et son naïf refus de l'argent, Madame est hors norme. Quand la nervosité la gagne, que malgré les rites magiques le grand amour se dérobe, elle dévale les deux cents mètres du chemin escarpé jusqu'à la plage et nage vers le large. Madame dérange, mais pas sa jeune amie de quatorze ans et son grand-père, ni le fils aîné des voisins qui ne suit pas la route tracée par ses parents. Eux savent...

Et j'en pense quoi?: que dire de cette lecture?... j'ai trouvé un peu creux, un peu trop loufoque et décalé, ce personnage principale (Madame) est un peu anti-conformiste certe mais elle m'a semblé peu plausible en fait et en plus je n'ai pas eu l'impression à la lecture du récit de sa vie qu'elle assumait sa différence et vivait pleinement de son statut particulier, de sa force de caractère, de sa ténacité. Elle m'a plutôt inspiré de la pitié en fait, j'ai trouvé quelques passages limites vulgaires aussi... certe c'est plein de bons sentiments de prime abord, un sujet sympa, des décors enchanteurs, des sentiments complexes, de la tendresse aussi, mais je n'ai pas été transportée par cette lecture si ce n'est à la fin peut-être... avis moyen moyen pour ma part... déçue de Milena Agus dont j'aime pourtant bien l'écriture si particulière...

Si l'un(e) d'entre vous souhaite le lire, je le fais suivre avec plaisir... Il part donc chez Constelacion... bon vent !

Posté par labourgeoise à 20:03 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

19 juil. 10

LE CERCLE LITTERAIRE DES AMATEURS D'EPLUCHURES DE PATATES... VU PAR LABOURGEOISE

le_cercle

Présentation de l'éditeur: Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l'occupant. Jamais à court d'imagination, le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d'humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d'autres habitants de Guernesey , découvrant l'histoire de l'île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l'impact de l'Occupation allemande sur leurs vies... Jusqu'au jour où elle comprend qu'elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l'invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu'elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

Mon avis:  Je dois avouer que cette lecture m'a un peu déçue, peut-être comme souvent parceque la presse en a beaucoup parlé et donc j'avais mis la barre haute. Certe, je trouve le sujet très original, le style épistolaire sympa, les personnages attachant... mais j'ai trouvé le tout un peu trop "gentillet"... Avis mitigé donc pour moi.

Posté par labourgeoise à 22:10 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
05 juil. 10

SPIRALES... VU PAR LABOURGEOISE

SPIRALES

Résumé de l'éditeur: Hélène est une femme à la vie lisse, sans histoire. Un jour, sur un coup de tête, elle qui n'a jamais connu la moindre aventure trompe son mari avec un inconnu. L'adultère vire au cauchemar quand, au lit, l'amant sans nom meurt d'une crise cardiaque. Hélène s'enfuit, décidée à ne jamais rien dire, et surtout à tout oublier. Mais, affolée, elle laisse dans la chambre de l'inconnu son sac à main. Et avec lui, tous ses papiers... Happée par une spirale infernale, Hélène ira très loin pour sauver les apparences. Jusqu'où ?

J'en pense quoi?: Petit thriller sympa et gentillet, se lit très vite (154 pages). J'ai surtout apprécié de découvrir comment la vie de cette femme "bien rangée" bascule petit à petit, comment elle se met à mentir et de façon bien habile finalement, comment elle perd pied et se met dans des situations très cocasses, comment finalement elle se met à être elle-même et se rend compte que la vie qu'elle mène ne lui correspond pas tout à fait... intéressant... Lecture tranquille.

Je vous propose de faire suivre ce livre (offert par mon libraire) à qui souhaite le lire... livre tournant donc... Alors qui est tenté?

Edit de + tard... il part chez Val qui le fera suivre après, donc RDV chez elle !

Posté par labourgeoise à 12:17 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
29 juin 10

MAL DE PIERRES... VU PAR LABOURGEOISE

MAL_DE_PIERRE

Présentation de l'éditeur:  Au centre, l'héroïne: jeune Sarde étrange "aux longs cheveux noirs et aux yeux immenses". Toujours en décalage, toujours à contretemps, toujours à côté de sa propre vie... A l'arrière-plan, les personnages secondaires, peints avec une touche d'une extraordinaire finesse: le mari, épousé par raison pendant la Seconde Guerre, sensuel taciturne à jamais mal connu; le Rescapé, brève rencontre sur le Continent, à l'empreinte indélébile; le fils, inespéré, et futur pianiste; enfin, la petite-fille, narratrice de cette histoire, la seule qui permettra à l'héroïne de se révéler dans sa vérité. Mais sait-on jamais tout de quelqu'un, aussi proche soit-il... Milena Agus dit de sa famille qu'ils sont " sardes depuis le paléolithique ". Et c'est en Sardaigne que l'auteur de Mal de pierres a résolument choisi de vivre, d'enseigner et de situer son récit. Déjà remarquée par la presse italienne pour son premier roman, Milena Agus confirme ici son exceptionnel talent et sa liberté de ton.

Mon avis: Si je ne devais dire qu'un seul mot, ce serait WHAOU! J'ai adoré ce petit récit, cette ambiance particulière et pesante aussi, présente tout au bout de la lecture... des moments forts en sentiments, des moments de vie, de chaos, de troubles aussi et un rebondissement final qui m'a laissé sans voix et tellement inattendu. Vraiment lecture plaisir d'une grande Auteure dont je commence à être fan et dont j'apprécie la façon d'écrire, de vous transporter.

Posté par labourgeoise à 12:15 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
23 juin 10

LA CONSOLANTE... VUE PAR LABOURGEOISE

la_consolante

Présentation de l'éditeur: « Charles Balanda, 47 ans, architecte à Paris, apprend incidemment la mort d'une femme qu'il a connue quand il était enfant, et adolescent.
«
Il déchire la lettre et la jette dans la poubelle de la cuisine. Quand il relève son pied de la pédale et que le couvercle retombe, clac, il a l’impression d’avoir refermé, à temps, une espèce de boîte de Pandore, et, puisqu’il est devant l’évier, s’asperge le visage en gémissant.
Retourne ensuite vers les autres. Vers la vie. Se sent mieux déjà. Allez... C’est fini.
C'est fini, tu comprends ?
»
Le problème, c'est que non, il ne comprend pas. Et il n'y retourne pas, vers la vie. Il perd l’appétit, le sommeil, abandonne plans et projets et va essayer de comprendre pourquoi tout se fissure en lui; Et autour de lui. Commence alors un long travail de deuil au bout duquel il est obligé de se rendre à l’évidence : l’échelle de cette vie-ci est illisible et il faut tout rebâtir.»

Et moi j'en pense quoi?: J'ai eu énormément de mal à me mettre dans la lecture... trop difficile les 100 permières pages, j'ai faillit abandonner et n'arrivais pas à me concentrer sur le récit... puis au fur et à mesure, les personnages sont attachants, l'histoire prend forme, on comprend mieux les sentiments, le destin de ces personnages. Avis mitigé me concernant. Par contre j'ai beaucoup aimé la fin...

Posté par labourgeoise à 07:09 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
10 juin 10

IMPARDONNABLES... VU PAR LABOURGEOISE

impardonnables

Présentation de l'éditeur: « Je songeais à me remettre à l'écriture d'un roman pour dresser un rempart autour de moi, j'y songeais sérieusement. Je tenais le coup, depuis des années, au moyen de quelques articles, de quelques vagues nouvelles, semblant plus occupé que je ne l'étais réellement, mais aujourd'hui, dans cette situation, le retour au roman semblait s'imposer. Son épreuve semblait s'imposer. Ecrire un roman requérait tant d'énergie que tout le reste passait au second plan. C'était l'avantage. »  4ème de couv': "Un jour, pardonner n’est plus possible."

Mon avis: C'est le premier roman de cet auteur que je lis. Ce récit se déroule au Pays Basque, région que j'affectionne, et on y retrouve vraiment cette ambiance particulière, climatique notamment, qui y règne. L'histoire de cet homme qui touche le fond à la "disparition" de sa dernière fille (après avoir perdu sa femme et son autre fille lors d'un accident devant ses yeux) est lourde, profonde, noire, progressive, peu à peu il se rend compte qu'il est en train de tout perdre autour de lui, ceux qu'il aime notamment... Les rapports père/fille et mari/femme y sont complexes et conflictuels et la fin m'a laissé sans voix. Un bon roman qui tient en haleine et une belle prise de recul et d'introspetion de l'auteur. Pour un premier roman que je lis de lui, je suis très emballée !

Et je vous propose de le faire voyager... je le fais suivre à qui souhaite le lire avec plaisir...

Il part chez Gingko.. bon vent à lui

Posté par labourgeoise à 13:02 - - Commentaires [15] - Permalien [#]